pancartes féministes

Camion fou à Nice : beaucoup de peine et d’inquiétude

publié le 16 juillet 2016
Aujourd'hui, nous ressentons une grande peine et une grande lassitude, mais aussi beaucoup d'inquiétudes. En effet, bien que les motivations religieuses du tueur n'ont pour l'heure pas été démontrées, ces meurtres apportent déjà de l'eau au moulin, tant de l'extrême droite, que des intégristes islamistes.

Ce matin, les pensées émues de l’association FCI vont aux victimes de Nice et à leurs proches.

Nous n’avons pas tenu à réagir plus tôt aux événements. D’abord, parce qu’après la grande tristesse et la colère dont nous ont empli les attentat si récents d’Orlando et de Bagdad, nous nous sommes comme beaucoup senti·e·s sidéré·e·s, épuisé·e·s, voire découragé·e·s par ce nouvel acte criminel de masse.

Mais nous n’avons pas souhaité non plus, sous le coup de l’émotion, nous ruer dans les brancards, comme tant d’autres l’ont fait tout de suite après le drame, ajoutant ainsi à la confusion et aux tensions sociétales du moment. Ainsi, en deux jours, des médias, des politiques, des personnalités ont publiquement confondu enquête et conclusions, origines et religions, voyeurisme et information, sécurité et répression, etc.

Ce matin, alors que Daesh revendique le massacre du 14 juillet, nous ne pouvons que sortir de notre silence pour exprimer notre peine et notre écœurement. Que l’organisation islamiste fasse ici preuve ou non d’opportunisme (les motivations religieuses du tueur et ses possibles liens avec le djihadisme n’ont à cette heure-ci pas été démontrées), cet attentat ne peut que servir encore une fois la propagande totalitaire et mortifère de Daesh.

Alors, face à une idéologie religieuse qui justifie tous ces assassinats, FCI répète aujourd’hui et répétera toujours, malgré ses vingt ans d’existence : « on continue, on ne lâche rien »…
On ne lâche rien sur la laïcité, qui permet seule à tout le monde, croyants comme non-croyants, de penser et vivre librement…
On ne lâche rien sur l’égalité, la mixité, la solidarité…
On continue à dénoncer le relativisme culturel et l’exacerbation des communautarismes, qui divisent les citoyens, entretiennent la haine et font tout autant le jeu de l’extrême droite, que des prêcheurs mortifères.
On continue le manifeste Pour en finir avec les intégrismes, on continue les lettres ouvertes, les communiqués, l’organisation de débats, les caravanes des droits, la prévention, l’information, les manifestations…