pancartes féministes

Hommage à Samuel Paty

Publié le 20 octobre 2020


FCI à LYON-Bellecour le dimanche 18 Octobre

C’est la pensée qu’on assassine !

En s’attaquant de la façon la plus barbare-la décapitation- à un enseignant, symbole de la formation de la pensée critique, l’obscurantisme a franchi un cap dans le travail de sape de nos libertés, le vendredi 16 octobre 2020.

Cette stratégie de la terreur nous rappelle celle que combattaient il y a 25 ans nos ami-e-s d’Algérie, résistant aux intégristes islamiques .

Depuis, Femmes contre les intégrismes dénonce inlassablement l’installation insidieuse des idéologies religieuses basées sur la primauté de lois dites divines liberticides, ainsi que leurs soutiens coupables à l’intérieur du système politique et médiatique.

Pour que le totalitarisme ne l’emporte pas, il est temps que les pouvoirs publics entendent les associations qui prônent le respect des personnes quelles que soient leurs opinions et leurs croyances, dans l’observation des lois et des libertés publiques, en faisant de la laïcité et du savoir le ciment de la société.

Toutes nos pensées émues vont à la famille de la victime et au courageux corps enseignant.

Femmes Contre les Intégrismes

« Si tu parles, tu meurs. Si tu te tais, tu meurs. Alors, dis et meurs. »

Tahar Djaout, écrivain et journaliste mort des suites d’un attentat à Alger en 1993. Il fut l’un des premiers intellectuels victimes de la décennie de terreur en Algérie.