pancartes féministes

Appel pour le droit à l’avortement partout en Europe

FCI a signé avec des dizaines d'associations féministes européennes un appel à défendre le droit des femmes à disposer de leur corps. Mobilisations le 28 septembre ! | publié le 9 juillet 2017


A Lyon, dans le cadre de cet appel, deux actions sont mises en place :

Samedi 16 septembre : « Tour operator des consulat »

départ 14h30, consulat d’Italie, 5 place du commandant Faurax 69006 Lyon – sous forme de manifestation / déambulation ponctuée de surprises dans le cadre des journées du matrimoine

Jeudi 28 septembre : Rassemblement place de la Comédie

à partir de 18h30

Le tract


APPEL Européen

Avortement, les femmes décident !
Pour le droit à l’avortement dans toute l’Europe !

 

« En solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des femmes espagnoles en 2014, polonaises en 2016, nous exigeons que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l’avortement et à la santé soient respectés dans tous les pays européens et inscrits comme droits fondamentaux pour l’égalité en Europe.

Aujourd’hui, le droit à l’avortement au sein de l’Europe relève de la compétence de chaque Etat. Interdit à Malte, sous hautes contraintes en Irlande, en Hongrie et en Pologne, le droit à l’avortement, même légalisé est, peut ou pourrait être remis en question par le maintien de la clause de conscience des médecins (Italie), l’absence de structures hospitalières adéquates (Grèce, Bavière), les restrictions de personnels et les suppressions des centres pratiquant l’avortement lors de restructurations hospitalières (France), et, dans tous les pays, par l’élection de gouvernements réactionnaires, conservateurs et rétrogrades.

Nous réaffirmons que :

• L’accès à l’avortement est un droit ;
• L’avortement est un choix personnel – mon corps m’appartient, je choisis ma vie ;
• Des moyens financiers doivent être donnés pour que les centres pratiquant l’avortement et les centres de planification soient accessibles à toutes sur les territoires ;
• Des campagnes tous publics sont nécessaires ;
• L’éducation à la vie sexuelle doit être prodiguée à toutes et à tous pour qu’elles et ils puissent avoir des choix libres et éclairés ;
• La formation aux techniques d’avortement et à l’accompagnement doit faire partie intégrante de la formation initiale des professionnel/les de santé ;
• La clause de conscience des professionnel-les de santé doit être supprimée ;
• Les délais légaux pour avorter doivent être harmonisés sur ceux des pays les plus progressistes en Europe et les États doivent dépénaliser totalement l’avortement.

Nous appelons à la construction d’une mobilisation européenne autour du 28 septembre 2017, journée internationale du droit à l’avortement, où chaque pays inscrira ses revendications en vue d’une harmonisation européenne pour le respect des droits des femmes. »

 

Signer la pétition


Journée mondiale des femmes sans voile

Le collectif des Femmes sans voile d'Aubervilliers invite à un rassemblement le 10 juillet place de la République à Paris | publié le 6 juillet 2017

journee-femmes-sansvoile


Caravane des droits à Villefontaine (38)

FCI participera ces 12 et 13 mai à l'anniversaire de la Médiathèque et du centre Simone Signoret de Villefontaine en Isère. | publié le 10 mai 2017

Ce week-end, l’association FCI sera aux côtés de ses ami·e·s de Villefontaine pour fêter les 30 ans de la Médiathèque CAPI (Communauté d’agglomérations Portes de l’Isère) et du Centre Simone Signoret. L’association participera notamment, samedi 13 mai, à une table ronde intitulée « Interculturalité et laïcité » et qui se déroulera sous une des fameuses tentes berbères traditionnelles du « Royaume de Badine »

Au programme également  : expositions, concert, ateliers de poésie, spectacle, jeux. ( Voir tout le programme)

En savoir plus sur la table-ronde « Interculturalité et laïcité » : ici

 


Nous disons NON !

Pour le second tour des présidentielles,  l'association Femmes Contre les Intégrismes appelle  à dire NON à la candidate SEXISTE, RACISTE et ANTI-LAÏQUE ! | publié le 4 mai 2017

Communiqué du 04/05/17

Disons NON !
De toutes nos forces NON.

NON à celle qui veut voler nos voix et la liberté des femmes,
NON à la député européenne qui sur 59 textes émancipateurs pour les femmes n’a voté que 3 fois pour, 17 fois contre et s’est abstenue 7 fois (elle était absente aux 32 autres séances, mais ses acolytes étaient bien là),
NON à celle qui a dit non à plus d’égalité des salaires,
NON à celle qui non a dit non à plus de postes de responsabilité des femmes dans le monde scientifique,
NON à celle qui refuse la loi sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes,
NON à celle qui a dit non à l’enseignement des langues des pays d’accueil aux jeunes migrantes,
NON à celle qui dit non à la gratuité des cantines pour les plus pauvres dont 85% de femmes qui élèvent seules des enfants,
NON à celle qui menace le droit à l’avortement, notamment en proposant de dérembourser les frais liés à L’IVG,
NON à celle qui s’oppose au travail des femmes au même titre que les hommes, pour qu’elles rentrent dans leur foyer,
NON à celle qui s’oppose aux luttes contre les violences faites aux femmes et notamment au système prostituteur, comme son ami Poutine,
NON à celle dont les amis ont voté contre les aides aux associations féministes en Île-de-France,
NON à celle qui détourne le concept de « laïcité », dans le seul but d’attiser la haine de certain·e·s envers les personnes de culture musulmane, tandis qu’elle défend par ailleurs l’installation de crèches de Noël dans les lieux publics, mais aussi le développement de l’enseignement libre sous contrat (qui concerne tout autant l’enseignement catholique tendance Manif pour tous, que des écoles juives, plus ou moins orthodoxes, ou des établissements musulmans, plus ou moins salafistes),
NON à celle dont le programme xénophobe et nationaliste frappera de plein fouet les personnes immigrées ou issues de l’immigration et en premier lieu les femmes, exilées, réfugiées, en situation irrégulières, de fait doublement discriminées,
NON à celle qui propose par exemple de supprimer l’aide médicale d’État pour les personnes étrangères en situation irrégulière,
NON à la candidate homophobe qui entend supprimer le mariage pour tous,
NON à celle qui n’incarne aucune de nos valeurs républicaines,
Non à celle qui les tient en joue avec les mêmes armes que les intégristes religieux qu’elle dit vouloir combattre,
Non à la peur de « l’autre », insufflée par une extrême-droite dont l’écartèlement du peuple de France nourrit une haine sourde, aveugle et brutale,
NON, ne nous laissons pas déposséder de cette belle LAÏCITE qui nous permet de vivre le mieux possible ensemble,
NON, enfin, à celle qui met à mal notre devise universellement enviée : LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ !

 

SOURCES
« L’ŒIL du 20 h », France 2, 01/04/17
Communiqué d’Osez le féminisme, « Marine Le Pen, pas notre présidente ! », 26/04/17
Libération, 25/04/17
Libération, 10/02/17


Vœu des échevins à Lyon : rassemblement laïque de protestation

Ce vendredi 8 septembre, nos associations protestaient contre le "vœu des échevins", une tradition lyonnaise archaïque au cours de laquelle les édiles lyonnais font allégeance à l'Eglise.

publié le 9 septembre 2017


À l’appel de six associations lyonnaises – Le comité 1905, Femmes Contre les Intégrismes, Libre Pensée, Ufal, Cercle Maurice Allard et Le Poing Commun – un rassemblement a été organisé le 8 septembre sur l’esplanade de Fourvière pour la défense de la laïcité. Ce rassemblement visait à dénoncer l’intrusion du religieux dans la vie publique, via la tradition dite du « vœu des échevins » à laquelle participent tous les ans de nombreux élus de la région lyonnaise.

Cette année, c’est le nouveau maire de Lyon, George Képénékian qui a remis un écu d’or symbolique aux autorités religieuses avant d’assister à la messe solennelle et à la bénédiction de la cité par l’archevêque… en présence également du président de la Métropole, David Kimelfeld, du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez et même du Ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb…

 

En savoir + : reportage de France 3 Région

 

Communiqué commun des six associations :

« Comme chaque année, nous nous opposons à la participation de certains élus à la cérémonie religieuse du vœu des échevins célébré par le cardinal Barbarin.

***
Cette cérémonie religieuse obscurantiste qui remonte à 1643 au temps où survivaient encore des croyances moyenâgeuses, consacrait l’allégeance des échevins (équivalents aujourd’hui au maire et ses adjoints) au pouvoir spirituel à Lyon, avait pourtant été abolie par la Révolution. Prétendu « miracle » de la Vierge Marie, devenu « tradition lyonnaise » ?
Pourtant ni l’Empire, ni les monarchies qui ont suivi, n’ont osé la rétablir.
Pas plus que des maires comme Justin GODART, Victor AUGAGNEUR ou Edouard HERRIOT ne se prêtèrent à cette fâcheuse incursion du religieux dans la vie publique.

C’est finalement Vichy –quels souvenirs pour les lyonnais !- qui la rétablit, tout comme un certain nombre de lois anti-laïques. Puis elle fut remise subrepticement à l’honneur après le décès d’Edouard HERRIOT en 1957.

Pour le 60ème anniversaire de sa mort, HERRIOT,-à la pensée radicale et laïque aujourd’hui oubliée à Lyon par bon nombre de ses élus-, peut faire un clin d’œil malicieux à GUIGNOL, car il sait très bien qu’il sera le premier à recevoir l’eau bénite du balcon de l’esplanade de la basilique, lui dont la préférence pour le Beaujolais fait toujours légende.
Si la période actuelle a donné à Lyon la réputation de pactiser avec toutes les religions et d’en financer « habilement » certains fonctionnements déguisés, en contradiction totale avec la neutralité de la République et la loi de 1905, si nombre d’élus se complaisent électoralement au jeu des compromis-compromissions, nous refusons, nous républicains, que se perpétue cette cérémonie anti-laïque qui n’a le sens de « tradition » que dans l’esprit des cléricalistes.
Citoyens républicains et laïques, croyants ou non-croyants, de quelque confession ou courant de pensée que vous soyez :

Venez dire aux élus de la République que vous refusez qu’ils troquent leur écharpe tricolore contre une chasuble d’or !

Venez dire NON aux élus que vous les désignerez comme attributaires de la distinction du « Gérard de la Laïcité » !

Venez nombreux et faites savoir que vous refusez l’intrusion du religieux dans la vie publique !

Venez nombreux dire NON le 8 septembre 2017 dès 17 heures – Esplanade de Fourvière ! »


Hommage à Simone Veil

FCI rend hommage à une grande femme politique.

publié le 3 juillet 2017


Suite à l’annonce ce jour du décès de Simone Veil, FCI tient à rendre hommage à cette grande femme politique, qui a œuvré de façon magistrale et décisive pour le droit des femmes à disposer de leur corps, avec la légalisation de l’avortement en 1974 (loi promulguée en 75). Déterminée et courageuse, elle a su affronter l’adversité et les pires injures d’une époque empreinte de machisme pour mener à bien ce combat législatif, une étape historique pour le droit des femmes françaises, mais aussi une grande cause de société qui a permis depuis plus de 40 ans d’éviter les nombreux drames, auparavant liés aux avortements clandestins.


Protestation contre l’installation crèche au siège de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Plusieurs associations rhonalpiennes, dont FCI, publient un communiqué commun

publié le 15 décembre 2016


Communiqué – 15 décembre 2016

 

La décision du Conseil d’Etat en date du 09 novembre 2016, précise que : « dans les bâtiments publics, sièges d’une collectivité publique ou d’un service public, une crèche de Noël ne peut pas être installée, sauf si des circonstances particulières montrent que cette installation présente un caractère culturel, artistique ou festif ». La Haute juridiction rappelle ainsi que le principe de séparation demeure la règle à respecter par les collectivités publiques en ce domaine.
En passant délibérément outre cette décision, Monsieur Laurent WAUQUIEZ, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes a récemment décidé d’installer une crèche de Noël dans les locaux du Conseil Régional. Outre le côté volontairement provocateur, c’est par un acte délibérément anti-laïque que se manifeste le « fait du prince ».

 

Les organisations signataires :
 Dénoncent la provocation politicienne de Monsieur Laurent WAUQUIEZ. En ces temps troublés, où la Laïcité est seule capable d’apporter aux citoyennes et aux citoyens la concorde civile, point n’est besoin de cliver encore un peu plus les français sur les bases d’une religion particulière.
 Exigent le retrait immédiat de cette crèche, au nom du respect de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905 ; la crèche installée dans les bâtiments du Conseil Régional ne dérogeant a priori en rien, à la règle de droit rappelée par la Haute Juridiction.
 · S’inquiètent que Monsieur Laurent WAUQUIEZ, Président de Région, se complaise à extérioriser ses idées religieuses personnelles, suite sans doute à son récent voyage au Vatican, en tant qu’élu pour y prendre ses consignes – fi du principe de séparation des églises et de l’État-, voire à propager des idées obscurantistes, ce dont il a déjà fait preuve par son allégeance à un électorat issu de la «manif pour tous.»

 

Comité1905 Auvergne-Rhône Alpes ; Comité1905 de l’Ain ; UFAL Région(Union des Familles Laïques) ; ADLPF (Association des Libres Penseurs de France) ; Les Amis d’Eugène Varlin ; Observatoire Valentinois de la Laïcité ; Lumières Laïques- Cercle Maurice Allard ; FCI Lyon (Femmes contre les Intégrismes) ; Forces laïques Rhône-Alpes ;


Collectif laïque : communiqué sur les crèches dans les établissements publics

Communiqué de presse (du 06/12/2016) du Collectif laïque dont fait partie FCI

publié le 8 décembre 2016


Saisi de 2 arrêtés contradictoires des tribunaux administratifs d’appel de Paris et Nantes concernant l’installation de crèches de la nativité dans les établissements publics, le Conseil d’Etat a rendu son avis le 9 novembre 2016.

 

Le Collectif laïque a le regret de constater qu’une fois de plus, le Conseil d’Etat porte atteinte à la loi de 1905.

 

L’autorisation qu’il donne, pour byzantine qu’elle soit dans sa rédaction, d’installer de telles crèches dans des bâtiments publics, contrevient en effet à l’article 28 prévoyant, on ne peut plus clairement, qu’“il est interdit, à l’avenir, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions”.

 

Une crèche, qui incarne et expose tous les symboles de la nativité propres au dogme chrétien, est bien évidemment un symbole religieux. On remarquera d’ailleurs que le caractère temporaire et saisonnier limitant l’autorisation  d’installation de crèches est bien l’aveu qu’elles n’ont de sens qu’autour du 24 décembre….

 

Il est particulièrement choquant que le rapporteur prétende qu’elle puisse ne pas “exprimer la reconnaissance d’un culte” et être  des “éléments de décoration profane“.

 

Comme des guirlandes ou le traîneau du Père Noël sans doute!  De qui se moque-t-on ?

 

De plus, dans le contexte actuel d’exacerbation des exigences religieuses au prétexte du culturel, cet arrêt ouvre la voie à une surenchère revendicative dangereuse.

 

Cette décision politique, qui n’a aucun fondement juridique, est une véritable provocation, bien éloignée de la dimension pacificatrice de la laïcité dont le rapporteur prétend pourtant se réclamer.

 

Associations signataires :
Grand Orient De France, EGALE, Observatoire de la Laïcité du Val d’Oise – Forces Laïques , A.E.P.L Ile De France, Chevalier de la barre , Comité Laïcité-République, Laïcité-Liberté, Centre d’Action Européenne Démocratique et Laïque, l’Observatoire de la Laïcité de Saint Denis, Femmes Contre les Intégrismes, la Ligue du Droit International des Femmes, Regards de Femmes, Comité 1905 (Draguignan), Comité 1905 de l’Ain, les Comité 1905, Grande Loge Mixte Universelle, Fédération Française de l’Ordre Mixte International “Le Droit Humain”, L’Union des Familles Laïques, Observatoire de la Laïcité de Provence.